Une escapade sur l’île du Mont Désert, Maine : là où la terre, la mer, et la montagne se rencontrent. Attablés sur la terrasse du Jordan Pond House, nous contemplons le lac, avec en fond de scène, les deux montagnes arrondies nommées Bubbles.

C’est l’ancien lieu de rencontre des riches familles vivant sur l’île durant l’été.

Les Rockefellers, les Morgans, les Fords, les Vanderbilts s’y donnaient rendez-vous avec leur attelage de chevaux pour y prendre le thé l’après-midi et y déguster les fameux popovers.

La tradition existe encore aujourd’hui et la grande partie de l’île est devenu le Acadia National Park grâce aux legs de ces familles.

On peut s’y promener à pied, en vélo ou à cheval dans les 190 km de sentiers aménagés.

Sur le sommet du Mont Cadillac, le plus haut sur l’Atlantique, on a une vue imprenable sur les villages de pêcheurs de homards et sur la Nouvelle-Écosse juste en face.

Un joli petit jardin, Asticou Azalea Garden, situé à Northeast  Harbor, a été créé en 1958 par Charles K. Savage, qui fut inspiré par les plantes indigènes qui poussent sur l’île, et les jardins japonais.

C’est un stroll garden, un jardin où l’on déambule autour d’un bassin en contemplant les massifs rocheux, les floraisons printanières ou les couleurs d’automne.

Une recherche de beauté et de sérénité, un mélange d’Orient et d’Occident.

À proximité, en empruntant un escalier de pierres à flanc de montagne, on découvre le Thuya Garden, conçu par Joseph H. Curtis, un architecte paysager de Boston qui y passait ses étés dans une cabane rustique. C’est un jardin inspiré des jardins anglais de Gertrude Jekyll, un havre de paix avec en prime une vue sur la mer en contrebas.